Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 21:32

D’après un récent sondage, 24% des répondants ont cité le manque de crédibilité du gouvernement comme raison principale expliquant le manque de confiance dans la société chinoise, selon une enquête menée par La Tribune du Peuple, un magazine du Quotidien du Peuple.

L’étude révèle que plus de 80% des personnes interrogées pensent que la société chinoise ne montre pas un signe de bonne santé et 40,4% parlent d’une crise de crédibilité révoltante.

Les «symptômes» dont l’ordre sont "la méfiance par rapport à ce que le gouvernement dit", "la méfiance entre les gens", "le doute sur l'alimentation alimentaire et la médecine" et "la méfiance dans l’éthique professionnelle des médecins".

Le manque de foi est le problème le plus important qui fait l’unanimité dans le sondage. Lorsqu'on a demandé aux répondants de choisir le groupe qui souffre de ce mal, plus de la moitié d’entre eux ont désignés sans hésiter les représentants du gouvernement. Dans un rapport de la Tribune du Peuple, ce choix ferait référence à l’affaire du «maître de qigong" le dénommé Wang Lin, qui prétendait avoir des pouvoirs surnaturels. Sous le feu des projecteurs après ses photos en compagnie de nombreux fonctionnaires et personnalités publiques postées en ligne l'été dernier.

La superstition dans la bureaucratie reflète la corruption dans le gouvernement, à montré le document. La perte de la foi, pour près de 50% des sondés est due à plusieurs comportements contraires à l'éthique qui sont restés impunis, alors qu’ils sont 20,8% à blâmer une économie de marché "mercenaire".

Les comportements extrêmes, violents et anti-sociaux ont été choisis par près d'un tiers des internautes comme une autre maladie grave de la société, avec l’exemple le plus évident des "groupes défavorisés". "L'inégalité sociale croissante et le sentiment de privation" apparaissent également dans les maux les plus cités.

Les dix maux les plus évoquées dans l’enquête :

1 - Manque de foi

2 – Attitude passive ou indifférence

3 - Anxiété dans le travail, la vie et l'avenir

4 - Méfiance habituelle

5 - Ostentation

6 - Complaisance dans les scandales

7 - Hédonisme

8 - Comportements extrêmes, violentes et anti-sociaux

9 - Dépendance à l’Internet

10 - Masochisme, plaintes concernant le Parti et le système de l'Etat
Source: le Quotidien du Peuple en ligne 17.09.2014

Repost 0
Published by chineenmouvement - dans POLITIQUE
commenter cet article
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 22:42

Plusieurs milliers de travailleurs ont mis fin à une grève de deux jours devant une usine taïwanaise de produits électroniques dans la province chinoise du Guangdong (sud), après que les responsables de l'entreprise ont promis de réduire leurs propres salaires de 10% à 30%.

Les cadres supérieurs de Dongguan Masstop Liquid Crystal Display Co., Ltd. ont pris la décision d'abaisser leurs rémunérations afin de réduire les coûts, après des négociations avec les représentants des ouvriers.

L'usine appartient à Wintek Corporation, fabricant électronique taïwanais, qui est un fournisseur d'Apple.

Wintek (China) Technology Ltd, une autre filiale de l'entreprise à Dongguan, a également repris jeudi la production, mais sans avoir annoncé de résolution, a précisé Xu Liqing, fonctionnaire local chargé de l'information.

Quelque 16.000 ouvriers des deux filiales se sont mis en grève mardi et mercredi afin de protester contre le montant beaucoup moins élevé que prévu de leurs primes pour la Fête de la mi-automne.

Un ouvrier dont le nom de famille est Zhang a expliqué que chaque travailleur avait reçu pour la Fête de la mi-automne de l'année dernière une prime de 700 yuans (114 dollars) et une boîte de gâteaux de lune.

Selon un communiqué de presse de Dongguan Masstop Liquid Crystal Display Co., Ltd, la réduction de ces primes s'explique par les mauvais résultats enregistrés récemment par l'entreprise.

Durant la grève, les travailleurs ont bloqué des routes près de leurs usines.

( Source: Xinhua )12.09.2014

Repost 0
Published by chineenmouvement - dans SOCIAL
commenter cet article
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 21:17

Un sondage, mené en ligne sur le célèbre réseau social chinois Sina Weibo, rapporte qu'un peu plus de 90% des répondants sont pour le mariage homosexuel.

Plus de 100.000 « Weibonautes » ont répondu au sondage qui a également attiré l'attention de plus de 10 millions de lecteurs.

Selon des informations fournies par le réseau social, 80% des jeunes et 44% des personnes âgées supporteraient le mariage gay. Les femmes seraient plus nombreuses que les hommes à le soutenir avec 84% d'entre elles qui y seraient favorable, alors que 71% des hommes accepteraient qu'une loi favorisant le mariage homosexuel soit votée dans le pays.

On notera cependant que le panel n'est pas forcément représentatif de toute la population chinoise. En effet, si les jeunes sont largement présents sur le réseau social Weibo, ce n'est pas le cas des personnes plus âgées.

Parmi les commentaires favorables, avancés par les votants, on peut lire :

« Je soutiens fortement le mariage gay, l'égalité et l'amour suprême ! Tout le monde a le droit d'être heureux ! »

« Il est contre-nature de ne pas écouter sa propre nature. »

Et dans le camp des opposants :

« J'y suis fortement opposé ! Le mariage entre deux personnes du même sexe n'est pas naturel. Ne laissons jamais une telle chose se produire. »

« Dans ce cas pourquoi ne pas accepter le mariage entre 3 ou 4 personnes... »

« Je ne suis pas contre l'homosexualité mais je m'oppose au mariage gay. »

« Je respecte le droit de chacun à choisir qui il aime mais je ne suis pas certain que le mariage gay tel qu'il se présente dans les pays occidentaux, soit compatible avec les valeurs traditionnelles et l'ordre éthique chinoises. »

Si le sujet fait débat dans le pays et si les questions et remarques soulevées sont les mêmes que partout ailleurs, aucun projet de loi en faveur du mariage homosexuel n'est actuellement à l'étude en Chine.

Il y aurait aujourd'hui bien plus de 120 millions de gays et lesbiennes en Chine selon une association chinoise de parents d'homosexuels.

La Rédaction
© Chine Informations - La Rédaction, le 09/09/2014

Repost 0
Published by chineenmouvement - dans SOCIAL
commenter cet article
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 21:05

Le sujet des ventes d'armes françaises à la Russie a récemment connu un changement soudain. Il y a quelques jours en effet, le bureau du président français François Hollande a déclaré dans un communiqué, que du fait des actions récentes de la Russie en Ukraine, la France a décidé de suspendre la livraison du premier navire d'assaut amphibie de classe « Mistral » à la Russie. Cette position des autorités françaises n'a pas manqué de susciter une certaine stupéfaction. Chacun se souvient pourtant qu'en juillet le président Hollande s'était engagé à livrer comme prévu le premier navire « Mistral », le « Vladivostok », à la Russie.

S'agissant de l'opportunité de fournir à la Russie le bâtiment en question, sur la base d'un contrat, les autorités françaises ont d'abord résisté aux pressions des États-Unis et d'autres pays occidentaux, se tenant au calendrier de livraison spécifié dans le contrat portant sur la vente de deux navires de guerre à la Russie. Parce que le respect ou non d'un contrat existant entre deux nations implique un problème de crédibilité de la France, mais a aussi une incidence directe sur le niveau des exportations du pays et le taux d'emploi des Français. Après tout, il s'agit d'un gros contrat portant sur 1,2 milliard d'Euros. Ce qui a fait que, sur cette question, la France a d'abord adopté une attitude prudente, et a refusé de céder aux pressions de ses alliés.

Cependant, aujourd'hui, la France a opéré un virage à 180 degrés. Ceci est principalement le résultat des pressions continues des États-Unis. Bien sûr, du fait de la récente détérioration de la situation en Ukraine, les relations entre la Russie et l'Ukraine demeurent tendues, et cela n'a pas été sans influence non plus. Il n'est pas interdit de penser que les autorités françaises voulaient aussi utiliser ce sujet pour exercer une influence sur les décideurs du Kremlin.

Selon le magazine français « Les Echos », il y a également à un certain nombre de sociétés françaises qui sont actuellement en compétition en Pologne pour un énorme appel d'offres. Et puisque la Pologne a affiché l'attitude la plus ferme face aux ventes d'armes françaises à la Russie, on ne peut pas exclure que le Gouvernement français espère, avec la suspension de la vente des « Mistral », s'attirer les faveurs de la Pologne afin de permettre à des sociétés françaises de conclure de gros marchés.

Mais, en France, la décision de suspendre les ventes d'armes à la Russie s'est attirée les foudres de certains, notamment de l'opposition. A droite, l'ancien Premier ministre français François Fillon s'est dit clairement opposé à « l'annulation » du contrat. Il a souligné que François Hollande, « à la remorque » de ses alliés, s'est mis « dans une situation intenable ».Il convient de noter ici que le contrat de vente d'armes entre la France et la Russie a été signé alors que c'était le Gouvernement de droite de Nicolas Sarkozy qui était au pouvoir. Si jamais ce contrat était annulé, il ne fait guère de doutes que cela réduirait considérablement les résultats obtenus par la droite française pendant son mandat.

La suspension de la vente des navires d'assaut amphibies de la classe « Mistral » a satisfait au plus haut point les Etats-Unis, qu'ils ont qualifiée de « décision sage ». En revanche, elle a suscité la colère de la Russie, qui estime que la France a agi pour plaire aux États-Unis et qu'ainsi elle n'a fait guère preuve de dignité.

Face à l'opposition, François Hollande n'a cependant pas osé se prononcer de manière trop absolue. Vendredi, le Président français a déclaré que sur le fait de savoir s'il faut vendre ou non ces navires de guerre à la Russie, il prendra une décision finale d'ici la fin du mois d'octobre, « en fonction des circonstances ». Quoi qu'il en soit, peu importe le genre de résultats, une chose est certaine : si le contrat est vraiment annulé, le résultat ne saurait être que perdant-perdant. Et pour la partie française, les pertes seront encore plus lourdes.

Tout d'abord, l'éventuelle annulation de la vente des « Mistral » porterait un rude coup à la réputation nationale de la France et à l'intégrité de ses entreprises, faisant hésiter de nombreuses personnes à faire des affaires avec la France. Le Groupe Dassault, par exemple, a remporté un contrat de fourniture de chasseurs Rafale à l'Inde en 2012. Mais pour l'heure, aucun contrat de vente formel n'a encore été signé, pour diverses raisons. On ne peut exclure que la suspension des ventes d'armes à la Russie soit susceptible de faire peser des doutes sur le contrat d'armement entre la France et l'Inde.

Ensuite, la résolution de la crise en Ukraine passera finalement par un règlement politique. Ainsi, ce n'est pas parce que la France vendra ces navires de guerre à la Russie que la situation en Ukraine en deviendra plus complexe. Au contraire, ne pas les livrer est susceptible d'irriter davantage encore la Russie, renforçant l'opposition entre le monde occidental et elle, sans que cela ne puisse pour autant aider à la résolution du problème ukrainien.

En outre, la situation économique actuelle en France est sombre, la situation de l'emploi très difficile. Si le contrat était annulé, cela pourrait y conduire à la perte de 1 500 emplois, ce qui aurait sans aucun doute un impact majeur sur l'industrie de la construction navale française. Sans compter que la France devrait aussi payer d'énormes pénalités à la Russie. Il ne s'agirait donc pas de petites pertes.

Dans le passé, sous l'impulsion du Général de Gaulle, la France a mis en œuvre une politique étrangère indépendante. Même quand la gauche est arrivée au pouvoir avec l'ancien président François Mitterrand, cette politique n'a pas changé. Mais aujourd'hui, la France écoute les sirènes de l'Amérique, se montre indécise sur les grandes décisions, et revient en arrière. Face à cela, on ne peut pas s'empêcher de s'inquiéter de l'avenir de la politique étrangère française.

Ren Yaqiu

Source: le Quotidien du Peuple en ligne le 9 septembre 2014

Repost 0
Published by chineenmouvement - dans POLITIQUE
commenter cet article
6 septembre 2014 6 06 /09 /septembre /2014 08:31

La Chine a progressé pour devenir une économie stimulée par le secteur tertiaire dans laquelle une unité donnée de croissance crée davantage d'emplois que par le passé, a analysé le chef de la mission pour la Chine du Fonds monétaire international (FMI) dans une interview récente avec Xinhua. "Il y a dix ou quinze ans, pour créer 1 million d'emplois, la Chine avait besoin d'une croissance de son PIB de l'ordre de 1,4%. Il y a cinq à dix ans, il lui fallait 1%. Maintenant, elle n'a besoin que de 0,8% de croissance de son PIB", a développé Markus Rodlauer, qui est à la tête de la mission pour la Chine du FMI depuis des années, avant d'ajouter que le monde n'a pas lieu de trop s'inquiéter lorsque la Chine affiche un léger déclin de sa croissance. "Nous avons été témoins de changements structurels majeurs pour passer d'une économie de l'industrie à une économie de services, cela se passe progressivement. Nous avons vu une hausse de la consommation assez stable à 9 ou 10% chaque année, un augmentation légèrement supérieure à celle du PIB", a-t-il noté. Au sujet du rééquilibrage économique de la Chine, M. Rodlauer estime que les résultats sont mitigés. Alors que certains pays se montrent impatients vis-à-vis du calendrier de la réforme économique de la Chine, il n'est pas réaliste de s'attendre selon lui à ce que des changements radicaux se produisent du jour au lendemain. "La Chine a déjà fait des progrès considérables en matière de rééquilibrage. N'oublions pas que l'excédent de la balance des opérations courantes a dépassé les 10% du PIB il y a seulement cinq à sept ans. Ce n'est plus le cas maintenant que le chiffre a accusé une baisse de 2% parce que la demande intérieure était en baisse et que la demande pour les exportations s'est également affaiblie", a-t-il développé. Il a également attiré l'attention sur le fait que les investissements représentent toujours environ 50% de la croissance du PIB chinois et que cette proportion devrait baisser jusqu'à environ 30%. Il y a également une évolution en ce qui concerne les investissements, qui étaient auparavant menés par le gouvernement et qui sont dorénavant stimulé par le secteur privé. "Toutes les réformes prises ensemble rendent l'économie plus productive", mais l'évolution ne peut pas se faire du jour au lendemain, a-t-il insisté, avant de conclure : "Nous avons besoin d'une Chine forte et stable".
© Chine Nouvelle (Xinhua) - Chen Junxia, le 05/09/2014



Repost 0
Published by chineenmouvement - dans ECONOMIE
commenter cet article
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 21:11

Le China Business News, basé à Shanghai, a annoncé jeudi que les grandes banques chinoises, celles qu’on appelle aussi parfois les « big five » pourraient bien être les premières cibles de la réforme encouragée par le gouvernement et visant à réduire les salaires des cadres supérieurs des entreprises publiques.

Selon toute vraisemblance, a confié au journal un initié du secteur bancaire, les cadres supérieurs de la Banque industrielle et commerciale de Chine (China Industrial and Commercial Bank), de la Banque de la Construction de Chine (China Construction Bank), de la Banque Agricole de Chine (China Agricultural Bank), la Banque de Chine (Bank of China) et la Banque populaire de Chine (People's Bank of China) seront ceux qui devront faire face en premier aux réductions de salaire touchant les dirigeants des entreprises publiques du pays.

Zhang Yun, président de la Banque agricole de Chine a été le premier parmi les dirigeants des cinq grandes banques d'État à défendre ouvertement la réforme. La banque « soutiendra fermement et appliquera strictement la décision », a déclaré M. Zhang lors de la conférence de presse sur les résultats semestriels de la banque, qui a eu lieu mardi.

D’après l’initié cité plus haut, la future réforme aurait suscité une panique grandissante chez les hauts dirigeants et cadres moyens des cinq grandes banques.

Des rumeurs ont laissé entendre que la Banque de la Construction de Chine préparait un plan de réduction des salaires visant à diminuer les rémunérations des présidents de 50%, des chefs de service de 30%, et du personnel de 10%, mais cela n'a pas été confirmé.

Toutefois, selon des articles de presse, les baisses pourraient atteindre pas moins de 70%, et un plafond de 600 000 Yuans (100 000 Dollars US) pourrait être imposé aux salaires annuels des cadres.

De son côté, un cadre de niveau intermédiaire d'une banque d'Etat s’est plaint à des journalistes que leurs salaires sont inférieurs à ceux rencontrés dans les banques commerciales du pays à investissements participatifs conjoints et celles à capitaux étrangers.

Les statistiques montrent qu'en 2013, la Ping An Bank est arrivée en tête de liste pour les salaires annuels des cadres supérieurs, suivie par la Mingsheng Bank et la China Merchants Bank.

Conformément à la réglementation mise par la Commission de Régulation Bancaire de Chine, la part de salaire des cadres dirigeants évaluée à la performance devra être maintenue en dessous du triple de leur salaire de base, et le paiement d'au moins 40% de cette fraction devra être retardé de plus de trois ans.

Un dirigeant de niveau intermédiaire craint que les réductions de salaire prévues ne réduisent la capacité des banques à attirer les talents.

Les experts impliqués dans l'élaboration du plan de baisse des rémunérations estiment pour leur part que le fait que les cadres supérieurs des entreprises publiques reçoivent un revenu annuel de plusieurs millions de yuans, tout en profitant des privilèges des hauts fonctionnaires, fait depuis longtemps l’objet de controverses.

La semaine dernière, le Président Xi Jinping a déclaré que les salaires déraisonnablement élevés des dirigeants des principales entreprises publiques devaient être ajustés, et les a exhortés à avoir un plus grand sens des responsabilités et le sens du dévouement.

( Source: le Quotidien du Peuple en ligne ) 29.08.2014

Repost 0
Published by chineenmouvement - dans SOCIAL
commenter cet article
29 août 2014 5 29 /08 /août /2014 11:48

L'Europe assure désormais 10 % en valeur des règlements internationaux en monnaie chinoise, a déclaré la société SWIFT hier. Plusieurs pays cherchent à présent à faire des affaires en yuans grâce aux nouveaux mécanismes de compensation.

Bien que la région administrative spéciale chinoise de Hong Kong reste le centre des transactions offshore en yuans, quatre pays européens figurent parmi les dix premiers, a indiqué SWIFT.

Il s'agit de la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne et du Luxembourg, qui ont conclu des accords avec la banque centrale de Chine pour la compensation du yuan dans leur pays.

En un an, les paiements en yuans ont bondi en Grande-Bretagne de près de 124 %, de 44 % en France, 116 % en Allemagne et 42 % au Luxembourg, a indiqué SWIFT dans un communiqué, sans donner de valeurs précises.

La Chine, aujourd'hui deuxième plus grande économie du monde, tente de promouvoir l'utilisation du yuan à l'échelle internationale.

Elle a accepté la création de centres de compensation du yuan dans plusieurs pays européens cette année. Michael Lune, directeur des paiements en yuans dans la région Asie-Pacifique pour SWIFT, a déclaré que ces annonces « ont stimulé les activités de négociation en yuans dans ces pays. »

Le mois dernier, le yuan était la septième monnaie de paiement la plus utilisée dans le monde, comme au mois de juin, avec une part de 1,57 %.

Les autorités chinoises cherchent aujourd'hui à libéraliser davantage les mouvements du yuan et à fixer un taux de change plus orienté vers le marché.
Par : Norbert le 27-08-2014
French.china.org.cn

Repost 0
Published by chineenmouvement - dans ECONOMIE
commenter cet article
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 16:15

Le ministère chinois du Territoire et des Ressources a finalisé le cadre de travail du bureau d'enregistrement des propriétés immobilières, a-t-on appris du ministère mercredi. Le bureau, doté de 24 fonctionnaires répartis dans six services, sera chargé de dix missions clés, selon un plan du ministère approuvé par le Bureau de la Commission centrale des Organigrammes et Effectifs. Le gouvernement chinois s'efforce d'établir une base de données nationale des propriétés immobilières afin de savoir ce que possèdent ses citoyens. Ce système facilitera la perception de la taxe foncière, laquelle devrait permettre de calmer la spéculation sur le marché immobilier. Le 30 juillet, le Conseil des Affaires d'Etat, gouvernement central, a indiqué avoir discuté d'un projet de règlement provisoire concernant l'enregistrement des propriétés immobilières. Celui-ci a été rendu public afin de solliciter l'avis des citoyens. Un système national doit être établi afin que les informations d'enregistrement puissent être partagées par les départements gouvernementaux en temps réel, selon le projet publié en ligne par le Bureau des affaires juridiques du gouvernement central. Les citoyens ont jusqu'au 15 septembre pour le commenter. Les informations d'enregistrement seront partagées par les autorités chargées de la sécurité publique, des affaires civiles, des affaires fiscales, des finances et de l'audit, ainsi que par les agences gouvernementales chargées des ressources foncières, de l'industrie et du commerce. Il n'aura aucun impact sur les droits des propriétaires de biens immobiliers. Le futur règlement permettra au gouvernement d'accéder aux informations d'enregistrement concernées et de les copier durant les enquêtes. Cependant, ces informations ne pourront être rendues publiques sans l'accord des propriétaires.


© Chine Nouvelle (Xinhua) - Dai Ying, le 20/08/2014

Repost 0
Published by chineenmouvement - dans ECONOMIE
commenter cet article
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 08:08

Les « hutong » 胡同, ce sont ces petits quartiers traditionnels chinois avec leurs maisons à cour carrée (les « siheyuan ») et aux briques grises. On en trouve encore quelques uns à Pékin, la capitale chinoise mais encore faut-il savoir où les trouver. Voici notre top 10 des hutong de Pékin et comment s'y rendre :

1. Nanluoguxiang 南锣鼓巷 Situé dans le quartier de Dongcheng, le hutong s'étale sur 800 mètres, de Gulou East Street à Di'anmen East Street. Le hutong a été construit pendant la dynastie des Yuan. Il est devenu une destination touristique populaire avec de nombreux bars, magasins et galeries. La station de métro Nanluoguxiang de Pékin (lignes 6 et 8) en dessert l'entrée sud.
2. Dongjiaominxiang 东交民巷 Dongjiaominxiang, également appelé « Quartier des légations de Pékin », est le plus long hutong de la capitale et s'étale sur 1,5 kilomètre d'ouest en est. C'était le centre diplomatique de Pékin de 1861 à 1949 et on peut encore y admirer aujourd'hui quelques anciens bâtiments. La station de métro la plus proche est Qianmen sur la ligne 2.
3. Hutong Lingjing 灵境胡同 Ce quartier ancien de Pékin est situé à proximité de Xidan, dans le district de Xicheng. Il mesure environ 600 mètres de long et 32 mètres de large. Il est considéré comme le plus large hutong de la capitale. La station de métro Lingjing hutong sur la ligne 4, est située à environ 150 mètres au nord de l'entrée ouest du hutong.
4. Qianshi Hutong 钱市胡同 Ce hutong n'est pas très grand puisqu'il s'étale sur seulement 55 mètres, mais sa particularité réside dans le fait qu'il est le plus étroit de Pékin. A certains endroits, la ruelle ne mesure que 40 centimètres de large. Par le passé cette zone était le centre financier de la capitale. Pour s'y rendre, il faut prendre la ligne 2 du métro jusqu'à la station Qianmen ; L'entrée du hutong n'est pas très loin.
5. Guozijian Street 国子监街 C'est l'une des rues les plus anciennes de Pékin. Répertorié comme site historique important, on peut y découvrir l'ancien bâtiment du collège impérial datant de 1306 ou encore le temple de Confucius construit en 1302. Le temple Yonghe y est situé à côté de l'entrée est. La rue se situe non loin de la station de métro Yonghegong sur les lignes 2 et 5.
6. Jiuwan Hutong 九湾胡同 Ce hutong dont le nom signifie « 9 tours » est réputé pour être le plus sinueux. Situé dans le district de Xuanwu, c'est peut-être aussi l'un des plus authentiques. Il se situe à mi-distance entre les stations Caishikou (ligne 4) et Ciqikou (ligne 5).
7. Liulichang 琉璃厂 Liulichang est un quartier célèbre de Pékin, connu pour ses hutong et abritant la vente de divers artisanats d'art et d'antiquités. On y trouve aussi des salons de thé et cabarets traditionnels, ainsi que de nombreux restaurants. A l'origine, durant les dynasties Yuan (1271 - 1368) et Ming (1368 - 1644), c'était le quartier de l'émail ; Ainsi quelques bâtiments sont décorés d'émail multicolores. Le quartier est situé près de la station Hepingmen sur la ligne 2 du métro.
8. Yichi Dajie 一尺大街 Avec une longueur de 20 mètres, c'est le hutong le plus court que l'on puisse voir à Pékin. Il se situe dans le district de Xuanwu et est rattaché à Yangmeizhu Street. Il est plus facile de s'y rendre également de la station Hepingmen (ligne 2).
9. Yandai Xiejie 烟袋斜街 C'est l'un des hutong les plus célèbres de la capitale. Il mesure un peu plus de 250 mètres de long. C'est le quartier historique du tabac et de l'opium. Aujourd'hui, de nombreux types de bars et cafés, maisons de thé et boutiques de souvenirs se sont multipliés dans la rue. Le quartier bien illuminé de nuit propose une ambiance agréable pour s'y promener. Pour s'y rendre, il faut prendre la ligne 8 du métro et s'arrêter à la station Shichahai.
10. Ju'er Hutong 菊儿胡同 Mesurant près de 440 mètres d'est en ouest, on peut y voir un vieux manoir ayant appartenu à un ministre de la dynastie Qing, un temple ancestral ou encore un jardin. Il existe d'autres hutong qui valent le coup d'œil dans la capitale comme le Jinyu Hutong 金鱼胡同 (métro ligne 5, station Dengshikou) avec ses 540 mètres de long et son fameux théâtre Jixiang, le Mao'er Hutong 帽儿胡同 (métro ligne 8, station Shichahai), le Fengfu Hutong 丰富胡同 à l'est de la Cité interdite, ou encore le Zhuanta Hutong 砖塔胡同 (métro ligne 4, station Xisi).

© Chine Informations - La Rédaction, le 14/08/2014

Repost 0
Published by chineenmouvement - dans CULTURE ET CIVILISATION
commenter cet article
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 18:08


La province chinoise du Liaoning (nord-est) connaît sa pire sécheresse depuis 63 ans et la situation pourrait empirer. La province a vu depuis le mois de juillet les plus faibles précipitations depuis 1951, a indiqué le bureau météorologique provincial dans un communiqué. La sécheresse persistante a dévasté deux millions d'hectares de cultures et davantage de terres cultivées pourraient être affectées, les autorités météorologiques prévoyant des précipitations inférieures à la normale pour le restant du mois d'août. Selon le bureau, cette sécheresse est causée par le phénomène climatique El Nino qui provoque souvent la sécheresse dans le nord de la Chine et des pluies torrentielles dans le sud du pays. Plusieurs autres provinces dans le nord de la Chine sont également touchées par la sécheresse, dont le Jilin, le Shaanxi, le Henan, le Hubei et la région autonome de Mongolie intérieure. Des météorologues du Liaoning ont révélé que la province était prête à provoquer des pluies artificielles si les conditions le permettaient.

© Chine Nouvelle (Xinhua) - Liang Yunfang, le 13/08/2014

Repost 0
Published by chineenmouvement - dans ECOLOGIE
commenter cet article